Entente intervenue au Centre de recherche de L’Hôtel-Dieu de Québec

5 avril 2011 - Un an après le dépôt de leurs demandes, les professionnelles et professionnels de recherche du Centre de recherche de L’Hôtel-Dieu de Québec sont finalement parvenus à une entente de principe avec leur Employeur qui leur assure des augmentations salariales de 15,9% d’ici 2016.


Membres du Syndicat des professionnelles et professionnels de recherche de l’Université Laval (SPPRUL-CSQ), affilié à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la soixantaine de professionnelles et professionnels de recherche du Centre de recherche de L’Hôtel-Dieu de Québec ont entériné l’entente de principe le 31 mars dernier. La signature de la nouvelle convention collective devrait avoir lieu la semaine prochaine.

La présidente du SPPRUL-CSQ, Madame Rachel Lépine, se réjouit du dénouement heureux de ces négociations qui ont nécessité l’intervention d’un conciliateur.
« Nos demandes prioritaires portaient principalement sur le champ d’application de la convention collective, la retraite, l’invalidité, le perfectionnement et les salaires. L’entente intervenue assure à nos membres des gains importants sur tous ces points, notamment au plan des salaires où il y avait un rattrapage important à faire comparativement au secteur public », note Madame Lépine.

Les principaux gains
Outre les salaires, les syndiqués ont également obtenu d’autres gains à incidence financière, dont une augmentation de la contribution de l’Employeur au régime d’assurances et une bonification du nombre de journées de vacances annuelles qui passe de 20 à 23 jours après 15 années de service.

D’autre part, les professionnelles et professionnels de recherche (PPR) du Centre de recherche auront maintenant accès au Régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics (RREGOP) et pourront se prévaloir d’un mécanisme de retraite progressive. L’entente de principe prévoit également un resserrement du champ d’application afin de limiter la possibilité de l’Employeur de faire appel à d’autres personnes pour accomplir des tâches de PPR. Le chapitre relatif au perfectionnement a en outre été amélioré avec la garantie annuelle d’un minimum d’heures de perfectionnement pour chaque PPR et l’obligation pour l’Employeur de produire un bilan annuel des activités et dépenses encourues à cette fin.

Un pas important vers la reconnaissance et le respect
Syndiqués depuis 2004, les professionnelles et professionnels de recherche du Centre de recherche de L’Hôtel-Dieu de Québec procédaient à un premier renouvellement de leur convention collective.

« Plusieurs points étaient à améliorer dans un contexte où nous faisions face à un Employeur qui manifestait très peu d’ouverture. Cependant, la solidarité exemplaire témoignée par les membres au cours de la négociation nous a permis d’atteindre la plupart de nos objectifs. Il faut souligner également l’excellent travail du comité de mobilisation, du comité de négociation et de toutes les personnes-ressources de la CSQ qui ont été associées de près ou de loin à cette négociation. Ce nouveau contrat de travail est un pas important de plus pour les professionnelles et professionnels de recherche dans leurs efforts pour obtenir la reconnaissance de leur profession et le respect », conclut la présidente du SPPRUL-CSQ, Madame Rachel Lépine.

 Source : Communiqué de presse de la CSQ...