Mot de la présidente - Départ de Luc Caron du Comité exécutif

10 novembre 2011 - Le 18 octobre dernier, j’ai dû annoncer aux professionnelles et professionnels de recherche (PPR) du Centre de recherche de L’Hôtel-Dieu de Québec (CRHDQ), la démission de notre collègue Luc Caron à titre de vice-président du Comité exécutif du SPPRUL. Luc m’a en effet annoncé sa décision, après mûre réflexion et pour des raisons personnelles, de quitter le Comité exécutif et les différentes instances du Syndicat : Conseil syndical, Bureau des relations de travail du CRHDQ.

Luc Caron a œuvré au sein de notre groupe durant de nombreuses années et nous lui devons beaucoup. Grâce à lui, chacune et chacun d’entre nous peut compter sur un plus grand respect de la part des chercheurs et sur une plus grande reconnaissance de la part de nos employeurs respectifs. Grâce à sa détermination, tous les PPR des centres de recherche hospitaliers universitaires du Québec ont aujourd’hui accès au RREGOP du gouvernement du Québec. Qui plus est, au CRHDQ, il a su mener à bien la négociation de la dernière convention collective, malgré toutes les difficultés et les périodes de découragement. À l’Université Laval ou dans les centres affiliés, son influence aura donc largement dépassé le Centre de recherche de L’Hôtel-Dieu de Québec.

Pour toutes ces raisons, Luc Caron mérite plus que notre reconnaissance. Personnellement, j’estime que mes plus sincères remerciements ne suffiront pas pour souligner les pas de géants que nous avons pu faire ensemble au cours des dernières années, grâce à sa détermination et au courage de ses opinions pour faire avancer la cause des PPR, soit celle de la reconnaissance de la contribution des PPR à la recherche universitaire et au développement du savoir dans la société québécoise. Bien sûr, nous n’avons pas obtenu tout ce que nous voulions. Nous voulons que les organismes subventionnaires nous accordent une plus grande place dans les demandes de subventions et nous voulons qu’ils soient sensibles à la précarité de nos emplois. Nous voulons que nos employeurs nous respectent et qu’ils nous offrent une réelle possibilité de faire carrière jusqu’à la retraite. Nous voulons qu’ils valorisent la carrière de PPR afin d’attirer les jeunes et d’assurer la relève scientifique de demain. Nous voulons aussi pouvoir concilier nos demandes individuelles (horaires de travail, vacances, relâche scolaire, conciliation travail/famille) à nos conditions de travail collectives. Mais nous savons au SPPRUL-CSQ que les changements sociaux, qu’ils soient individuels ou collectifs, ne se font pas en quelques mois, ni même en quelques années. Il faut compter plutôt en termes de décennies. Mon cher Luc, je te remercie bien humblement pour toutes ces années et je te souhaite une bonne continuation. Tu seras toujours bienvenu parmi nos rangs.

D’ici la tenue des prochaines élections au Comité exécutif en Assemblée générale, Michel Lambert a accepté généreusement d’assurer l’intérim. Sa candidature sera recommandée aux représentants du Conseil syndical lors de la réunion du 24 novembre prochain afin de procéder à son élection.

Bonne lecture!

Rachel Lépine
Présidente SPPRUL